Les explications de Mark Zuckerberg

Quelques semaines après le scandale de Cambridge Analytica qui avait secoué le géant américain Facebook, le PDG de Facebook était tenu de s’expliquer sur les affaires d’atteinte à la vie privée de ses utilisateurs, mais également au sujet de manipulation politique, notamment lors de la dernière présidentielle américaine. 

Mardi 10 avril, le fondateur et CEO de Facebook, Mark Zuckerberg, a accepté de répondre aux questions des sénateurs, qui l’attendaient de pied ferme. Lorsque le scandale Cambridge Analytica a éclaté à la mi-mars, Mark Zuckerberg était resté étrangement silencieux. Mais rapidement, le fondateur a compris que l’audition devant le Sénat Américain allait être inévitable.

Le jeune prodige de 33 ans s’est donc présenté devant 44 sénateurs. Pour l’occasion, la salle était comble, les médias ne souhaitant pas manquer cet événement historique. “Cambridge Analytica a utilisé les données récoltées grâce à Facebook pour influencer l’élection présidentielle américaine”, a lancé la démocrate Dianne Feinstein. “L’industrie de la tech a l’obligation de répondre aux questions sur l’usage des données personnelles. Le statu quo ne peut plus fonctionner”, a poursuivi Chuck Grassley, autre sénateur présent dans la salle.

Le démocrate Dick Durbin a posé une question très simple au fondateur de Facebook : “souhaiteriez-vous partager avec nous l’hôtel dans lequel vous avez dormi cette nuit ?”, lui a-t-il demandé. Question à laquelle le jeune CEO a répondu par la négative.  “C’est bien de cela dont on parle aujourd’hui : votre droit à la vie privée. Il s’agit de votre droit et de savoir si vous êtes prêt à l’abandonner afin, je cite, de connecter le monde. Tout le monde devrait pouvoir contrôler la façon dont ses données sont utilisées”, a continué le démocrate.

Asséné par les reproches, Marck Zuckerberg a rapidement présenté ses excuses face aux élus américains. “Il est maintenant clair que nous n’avons pas fait assez pour protéger ces outils (de Facebook) des usages malicieux comme les fake news, l’interférence dans les élections ou les discours de haine. C’était une grosse erreur. Je suis désolé. J’ai créé Facebook, je le dirige, je suis responsable de ce qui passe”, a-t-il déclaré devant la salle comble.

 

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.